Publier une photo sur Twitter : l’accord obligatoire des personnes qui y figurent

par | Mis à jour le 13/05/2022 | Publié le 01/12/2021 | Twitter | 0 commentaires

Résumé : PUBLIER UNE PHOTO SUR TWITTER : la plateforme impose dès ce matin d'avoir le consentement des personnes qui y figurent pour publier une photo dans le partage des médias privés, afin de mieux protéger la vie privée des personnes ...
Cet article comporte 731 mots.

3

L’actualité est dense chez Twitter ! Au lendemain de l’annonce du départ du fondateur et PDG Jack Dorsey, remplacé par Parag Agrawal, Twitter crée encore l’événement hier en annonçant un changement de politique majeur concernant la publication de photos et autres visuels sur sa plateforme.

Élargissement de sa politique relative aux données privées

Hier, afin de mieux protéger la vie privée des utilisateurs de sa plateforme, mais aussi de ceux qui ne l’utilisent pas, Twitter a annoncé via un post sur son blog qu’il interdisait dès le jour même le partage de médias privés (photos, vidéos, etc.) sans le consentement des personnes qui y figurent.

Ainsi, Twitter confirme sans aucun doute sa politique de sécurité sur les normes des droits de l’homme et conforte son positionnement dans la lutte contre le harcèlement, l’intimidation et la révélation de l’identité d’individus en se protégeant dès maintenant contre d’éventuelles utilisations abusives de sa plateforme.

Le réseau social avait déjà mis en place en septembre plusieurs fonctionnalités dans ce sens, comme celle de suspendre temporairement le compte d’un utilisateur trop haineux ou porté sur l’insulte.

PUBLIER UNE PHOTO SUR TWITTER L'ACCORD OBLIGATOIRE DES PERSONNES QUI Y FIGURENT

L’interdiction de partager des images ou des photos sans l’autorisation de la ou des personnes représentées est donc effective aujourd’hui. Elle vient s’ajouter à la liste exhaustive à ce jour des informations interdites au partage sur la plateforme : 

  • l’adresse du domicile ou les informations sur l’emplacement physique, y compris les adresses postales, les coordonnées GPS ou d’autres informations d’identification liées à des emplacements considérés comme privés ;
  • documents d’identité, y compris les pièces d’identité émises par le gouvernement et les numéros de sécurité sociale ou d’autres numéros d’identité nationale – remarque : nous pouvons faire des exceptions limitées dans les régions où ces informations ne sont pas considérées comme privées ;
  • les coordonnées, y compris les numéros de téléphone personnels ou les adresses e-mail non publics ; 
  • informations de compte financier, y compris les détails du compte bancaire et de la carte de crédit ; et
  • d’autres informations privées, y compris des données biométriques ou des dossiers médicaux.

Quels risques pour ceux qui publient des médias sans autorisation ?

Selon l’article publié par le réseau social sur son blog, le risque encouru semble assez mineur puisque la plateforme mentionne que « Lorsque nous sommes informés par des personnes représentées, ou par un représentant autorisé, qu’elles n’ont pas consenti au partage de leur image ou vidéo privée, nous la supprimerons. »

C’est tout ! c’est à peine s’il est précisé que des suspensions de compte provisoires ou définitives pourraient être envisagées.

Donc, pour résumer, il n’y pas de contrôle des publications de médias, même a posteriori. Sans dénonciation de la personne concernée ou de l’un de ses représentants légaux auprès de la plateforme via son formulaire en ligne dénommé rapport, la publication reste possible.

Pour un signalement à Twitter : https://help.twitter.com/en/forms/safety-and-sensitive-content/private-information

Twitter : publier une photo sans consentement – les exceptions

Bien entendu, l’obligation de consentement des personnes figurant sur le visuel est requis que pour les médias privés. Ainsi, ne sont donc pas concernés par cette nouvelle disposition dans sa politique d’information privée, les médias « mettant en vedette des personnalités publiques » ou lorsque le ou les individus représentés accompagne un partage d’intérêt public ou est complémentaire au discours…

En clair, si vous ne voulez pas vous voir sur Twitter, évitez les stars et les hommes politiques, ou encore d’être l’objet d’actualités… 

Mais si cela arrive et que vous considérez que cette publication est de l’ordre du harcèlement ou de l’intimidation, vous pourrez toujours a posteriori demander la suppression du visuel ou des visuels en rédigeant un « rapport » que vous pouvez remplir sur la page à l’adresse : https://help.twitter.com/en/forms/safety-and-sensitive-content/private-information.

Les E-books

Rédiger son cahier des charges

Tout ce qu’il faut pour bien s’entendre avec son prestataire

Google Data Studio

Faîtes parler vos données !

Tests de connaissances

Newsletter 5Min/mois

Recevez notre newsletter pour consulter l’essentiel du marketing.

Articles pouvant vous intéresser

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avertissement : L’url du site web ne sera pas affichée dans le commentaire et toute url placée dans le commentaire sera systèmatiquement effacée avant sa publication.

Pin It on Pinterest

Share This