Après la Grande Question de la vie, l’univers et de tout le reste, nous avons depuis quelques années, l’ultime réponse à nos comportements. J’ai nommé la Pyramide de Maslow ! Servie à toutes les sauces depuis 20 ans, elle envahit progressivement les ouvrages universitaires, les formations pour adultes et les livres scolaires… Cette pyramide illustre la théorie de Maslow qui date des années 1940 sur la hiérarchie des besoins et leur lien avec les motivations. Elle est très utile dans le commerce pour comprendre les comportements des consommateurs, mais aussi dans le management pour motiver chaque membre d’une équipe.

Qui aujourd’hui n’a jamais entendu parler de cette pyramide des besoins et de la hiérarchie des besoins humains ?

Qu’est-ce que la Pyramide de Maslow ?

Dans les années 1940, le psychologue américain Abraham Maslow a représenté graphiquement la hiérarchisation des besoins humains dans sa théorie des motivations par une pyramide (d’où la Pyramide de Maslow). Le principe de la hiérarchisation repose sur le concept que lorsqu’un groupe de besoins est satisfait, un autre va progressivement prendre la place selon l’ordre hiérarchique suivant (en partant de la base de la pyramide).

Selon sa théorie, derrière les motivations humaines se cachent derrière 5 besoins fondamentaux à satisfaire. Les besoins humains fondamentaux sont :

  • les besoins physiologiques comme s’alimenter, boire, dormir, etc.
    Ces besoins sont essentiels pour tout être humain. Privez une personne de sommeil, elle passera par la folie avant de mourir. Idem si vous privez une personne de nourriture ou d’eau.
  • les besoins de sécurité : après ceux physiologiques, ceux de sécurité naîtront. Ce qui explique que l’on se mette en danger pour survivre (se nourrir, boire, dormir, etc.). Ils dépendent aussi de la confiance en soi portée par l’individu.
    Ainsi, on ne peut exiger d’une personne des rapports sociaux normaux si celle-ci n’a pas un abri pour vivre ou se sent en danger.
  • Les besoins sociaux ou besoins d’appartenance : lorsqu’un individu satisfait ses besoins vitaux – dans notre société, on peut traduire cela par le fait d’avoir un travail procurant un revenu correct lui permettant de se loger, de se vêtir contre le froid, la pluie ou la chaleur, etc. -, il peut s’ouvrir sur le reste du monde et à la société pour y obtenir un statut.
    L’être humain est une personne sociable : l’estime des autres est essentielle comme la nécessité d’appartenir à un groupe de personnes que l’on respecte et dont on a envie de partager des points communs pour revendiquer notre personnalité, être aimé, être écouté et être compris.
    Nous appartenons aussi par défaut à des groupes sociaux tels que la famille, la communauté ethnique ou de nationalité, de genre (homme/femme), etc.
  • Le besoin d’estime : quand l’individu est socialement bien intégré, il ressent l’envie d’être utile à la société et d’avoir de la valeur au sein de celle-ci se fait sentir. Il amène souvent la personne à s’inscrire dans une action associative, institutionnelle, d’entraide, etc.
    Ainsi, inséré au sein de groupes, l’individu cherche à se démarquer des autres membres pour obtenir une reconnaissance de son identité et son statut dans le groupe.
  • Les besoin d’accomplissement : besoin supérieur au sommet de la pyramide, la réalisation de soi est la remise en question de notre intégrité (personnalité, confiance en soi, etc.) par l’accomplissement d’un challenge personnel. Cela peut être la création d’une entreprise, faire le tour du monde en vélo, se lancer en politique…

Abraham Maslow  démontre dans sa théorie que c’est le niveau non-satisfait dans sa pyramide qui oriente l’individu dans son comportement. Il est donc inutile de vouloir assouvir des besoins d’un niveau supérieur si les besoins inférieurs ne sont pas satisfaits. Ceci est vrai autant en management opérationnel qu’en marketing, en commerce (acte de vente, acte d’achat, comportements des consommateurs), dans les démarches sociales, etc.

Une personne en situation précaire n’a pas la préoccupation de savoir ce qu’elle mange (bio, pas bio, chimique) et ne recherche pas à adopter un style vestimentaire. Elle doit surtout trouver un abri pour se reposer et de la nourriture pour se substanter.

Pour reprendre la Pyramide de Maslow, une personne ne peut s’intégrer et chercher à travailler si elle est SDF et que la faim lui tenaille le ventre…

Pour l’anecdote, je me revois dire aux étudiants dans les années 90 qu’un salarié n’était pas concerné par les 2 premiers étages de cette pyramide puisque son emploi lui permettait de combler ces besoins… Aujourd’hui, mon discours a changé…

C’est sur cette hiérarchisation que cette théorie atteint ses limites. En effet, si cette représentation parait universelle, certains individus peuvent avoir une autre hiérarchisation de leurs besoins humains.

Quelle différence entre besoin et désir ?

La Pyramide de Maslow - rapport entre besoins et motivations

La Pyramide de Maslow concerne les les besoins humains fondamentaux et non pas les désirs des individus.

Quelles est la différence entre désir et besoin me demanderez-vous ?

  • Un besoin est un manque (une insatisfaction) d’une nécessité essentielle à la vie (organique, sociale, etc.).
  • Le désir est une émotion qui exprime un manque non-vital ou essentiel à l’organisme ou à la personne sociale. C’est un vœux ou un souhait qui peut être fort et prenant, mais qui n’est pas essentiel à la vie.

Pour exemple, en ville, une voiture n’est pas un besoin puisque les transports en commun sont développés. En revanche, en milieu rural, la voiture est souvent un besoin pour se rendre sur son lieu de travail, avoir une vie sociale et faire ses courses.

Le logement, l’habillement, la nourriture, les médicaments font partie des besoins. En revanche, la presse, la restauration, les marques d’habillement, de nourriture et de médicaments appartiennent aux désirs, comme les séjours de vacances, les loisirs, etc.

Les autres théories des besoins humains

La théorie de A. Maslow est à confrontée à d’autres, comme celle de Virginia Henderson (infirmière et enseignante) qui a répertorié 14 besoins humains dans le cadre de son métier et des soins :

  • 1 – Besoin de respire
  • 2 – Besoin de boire et manger
  • 3 – besoin d’ éliminer
  • 4 – Besoin de se mouvoir et maintenir une bonne posture
  • 5 – Besoin de dormir et se reposer
  • 6 – Besoin de se vêtir et se dévêtir
  • 7 – Besoin de maintenir sa température dans la limite normale
  • 8 – Besoin d’être propre, protéger ses téguments
  • 9 – Besoin d’éviter les dangers
  • 10 – Besoin de communiquer
  • 11 – Besoin d’agir selon ses croyances et ses valeurs
  • 12 – Besoin de s’occuper en vue de se réaliser
  • 13 – Besoin de se récréer, se divertir
  • 14 – Besoin d’apprendre

On citera aussi la théorie des 2 facteurs de Herzberg qui distingue 2 sortes de besoins humains : les besoins des êtres vivants dits facteurs d’hygiène et les besoins particuliers à l’homme dit facteurs internes.. 

Les facteurs d’hygiène sont uniquement des facteurs de satisfaction qui accentuent la motivation ou démotivation. En revanche, les facteurs internes sont sources de motivation.

On peut considérer que les trois premiers besoins de la pyramide de Maslow sont des facteurs d’hygiène et les 3 derniers des facteurs de motivation. Les besoins sociaux (appartenance) sont donc autant des facteurs d’hygiène que des facteurs de motivation. 

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

Pyramide de Maslow – Observatoire du management